Benoît Gilligmann

Avocat européen en brevets, Conseil en brevets suisse (2013), Qualifié en propriété industrielle (FR), MS HEC Paris

Benoît Gilligmann a grandi à Strasbourg et fait ses études d’ingénieurs tout d’abord à l’Institut National des Télécommunications à Paris, puis en commun avec la section système de communications de l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL) à l’Institut Eurecom à Sophia Antipolis en France de 1996 à 1999, avec une spécialisation dans le domaine des réseaux haut-débits. Il a ensuite effectué un mastère en Stratégie et finance d’entreprise à HEC puis a travaillé pour le centre de R&D d’un opérateur télécom suisse à Berne jusqu’en 2006, tout d’abord sur des projets de recherche notamment sur la qualité de service, puis de développement pour de nouveaux services d’accès nomades sans fils. Membre du CTO-Office à partir de 2003, il a ensuite participé à la rédaction de rapports stratégiques pour évaluer l’impact des dernières évolutions technologiques du point de vue des opérateurs télécoms, notamment en ce qui concerne les réseaux d’accès haut débit (« trend scouting »), et a également parallèlement participé en tant que consultant à de nombreuses évaluations techniques et économiques dans le cadre de projets de développement de l’entreprise par croissance organique et/ou acquisitions externes.

Mentionné en tant qu’inventeur sur plusieurs brevets et intéressé par le domaine de la propriété industrielle, il s’y est également occupé de la gestion des brevets entre 2004 et 2006, puis a ensuite commencé en tant qu’ingénieur brevet dans une étude privée à Neuchâtel, puis au sein d’un grand groupe horloger suisse à partir de fin 2008, à la fois dans le domaine de l’horlogerie mécanique (grandes complications, organes réglants, habillage etc.) mais également de l’électronique, notamment pour du chronométrage ou d’autres aspects produits connexes aux technologies de l’information.

Dans le cadre de sa formation professionnelle, il a suivi le programme d’études du CEIPI accéléré en brevets en 2009, puis réussi l’examen de mandataire européen en brevets en 2011. Il a ensuite été l’un des premiers à passer et réussir l’examen de qualification en tant que conseil en brevets suisse en 2013, puis a finalement passé l’examen de qualification français (EQF) en 2014. Il est depuis membre de la Commission d’examen III de l’examen européen (en charge de la partie D « épreuve juridique »).

Grâce à ses études d’ingénieur en systèmes de communications, Benoît s’occupe notamment des brevets dans les domaines des technologies de l’information et des communications, des logiciels et des méthodes commerciales.

Domaines d’activité

  • Technologies de l’information et des communications
  • Logiciels / Méthodes commerciales
  • Horlogerie
 

Affiliations

  • Institut des mandataires agréés près l’Office européen des brevets (EPI)
  • Association des conseils en brevets suisses et européens de profession libérale (ACBSE)
  • Licensing Executive Society (LES)
  • Association Romande de Propriété Intellectuelle (AROPI)